Print

Société des Missions Africaines – Province de Lyon

BORNE Joseph né en 1905 à Marlhes
dans le diocèse de Saint-Etienne, France
membre de la SMA le 26 octobre 1929
prêtre en 1932
décédé le 16 octobre 1940

1932-1936 Saint-Priest; professeur puis directeur
1936-1940 missionnaire en Egypte

décédé à Zifta, Egypte, le 16 octobre 1940,
à l’âge de 35 ans


Le père Joseph BORNE (0905 - 1940)

A Zifta (Egypte), le 16 octobre 1940, retour à Dieu du père Joseph Borne, à l'âge de 35 ans.

Né à Marlhes (Loire), dans le diocèse de Lyon, en 1905, Joseph Borne fit son petit séminaire à Oullins et entra aux Missions Africaines en 1928. Il fit le serment l'année suivante. Au cours de son grand séminaire, au 150 à Lyon, deux fois l'épreuve de la maladie vint l'arrêter pour de longs mois. Jamais il ne douta de la bonté de Dieu et sut attendre patiemment l'heure du sacerdoce (1932). Le père Borne, qui ne rêvait que de conquêtes au cœur de l'Afrique, fut nommé professeur, puis directeur du séminaire des vocations tardives, à Saint-Priest.

Dès son arrivée en Egypte, en 1936, le père Borne est nommé à Choubrah. Dans un milieu où se coudoient tant de nationalités et de rites chrétiens, le missionnaire doit user de tact et de largeur d'esprit. Le père Borne ne tarde pas à s'imposer au respect et à l'admiration de tous, par la force rayonnante de sa foi, par sa ténacité en face des obstacles et par un amour puissant de l'abnégation. Simultanément aumônier des Dames Réparatrices, rédacteur en chef du "Rayon", directeur du patro Saint-Marc, il consacre néanmoins le meilleur de son temps à l'apostolat direct: catéchismes, prédications, visites aux malades, assistance des pauvres, etc.

Il avait le culte des humbles besognes, comme il avait l'amour de la solitude. Sa nomination à Zifta lui fut agréable, parce qu'elle offrait, en même temps qu'un répit pour son corps fatigué, une sorte d'oasis pour sa haute spiritualité. En effet, à Zifta, seul en face de l'islamisme triomphant, la vie du missionnaire doit être avant tout une vie de prière et de sacrifice pour obtenir de Dieu la conversion des âmes.

Le père Borne traînait après lui le poids de bien des maladies; un jour vint où il acquit la certitude qu'il fallait mourir tôt pour porter du fruit, et de toute son âme il prononça son "fiat".

"Qu'à son exemple, le séminariste missionnaire comprenne le sens véritable de sa vocation: le missionnaire n'est pas celui qui va où il lui plaît, mais là seulement où commande le chef."