Print

Société des Missions Africaines –Province de Lyon

DEROCQ Louis Frère Jean de Kenty
né le 20 septembre 1900 à Roucq
dans le diocèse de Lille, France
membre de la SMA le 13 octobre 1918
décédé le 23 octobre 1969

1918-1920 Chanly
1920-1922 service militaire
1922-1939 missionnaire en Egypte
1939-1943 mobilisé et prisonnier de guerre
1943-1945 Le Rozay
1945-1969 missionnaire en Egypte

décédé au Caire, Egypte, le 23 octobre 1969,
à l'âge de 69 ans


Le frère Louis DEROCQ (frère Jean De Kenty) (1900 - 1969)

Louis Derocq est né le 20 septembre 1900, à Roucq, dans le Nord. Par sa sœur, religieuse nda, il fait la connaissance des Missions Africaines et contacte le père Chiffoleau à Lille. A 14 ans, il entre au juvénat et au noviciat de Chanly, en Belgique. A cause de la guerre 1914-1918, il y reste jusqu’à 20 ans. Louis prend la soutane en 1916, prête serment le 13 octobre 1918, et prend le nom de Jean De Kenty.

En 1920, il est appelé au service militaire, à Metz. Il part en garnison à Dusseldorf, en Allemagne où il est infirmier-chef, donne des cours aux illettrés, fait la classe aux enfants des officiers.

Démobilisé en 1922, le frère Louis qui n’a pas pu suivre les études normales à cause de sa santé, est affecté en Egypte, à Saint-Marc de Choubra comme sacristain. Il y fait son serment perpétuel en 1924. Durant de longues années, il se fait, tour à tour, cuisinier, économe, tailleur, selon les besoins.

En 1935, des incompréhensions le conduisent à demander son changement. Cela lui est refusé et les démêlés avec ses responsables s’apaisent.

En 1939, la guerre éclate. Comme il se trouve alors en congé, il est mobilisé à Wattrelos. Le 18 juin 1940, il est fait prisonnier à Nancy. Envoyé au stalag, en Allemagne, puis en oflag, il recouvre la liberté en 1943. Revenu à Lyon, il est affecté au Rozay comme jardinier.

En 1945, le frère retrouve l’Egypte, toujours à Choubra, où il reprend son emploi de sacristain et d’autres emplois dont il s’acquitte humblement.

En 1968, des difficultés surgissent. Il rentre en France, car ses yeux lui causent des ennuis. Bien soigné, il repart en Egypte, après avoir célébré, à Lyon, ses 50 ans de fidélité au service de la SMA, honoré par la communauté du 150, et par sa parenté venue célébrer avec lui.

Un jour d’octobre 1969, le frère perd connaissance, victime d’une hémorragie cérébrale. Malgré les soins prodigués à l’hôpital italien, il remet son âme à Dieu le 23 octobre.

Il est inhumé en cette terre d’Egypte où il s’est dévoué avec patience, persévérance pendant 47 ans. Religieux, religieuses, paroissiens, enfants (il a formé des générations d’enfants de chœur) lui ont rendu un hommage plein d’admiration et de reconnaissance, soulignant son humilité, son dévouement, sa droiture et sa loyauté.