Print

Société des Missions Africaines –Province de Strasbourg

ONIMUS Charles né le 21 juillet 1886 à Bantzenheim
dans le diocèse de Strasbourg, France
membre de la SMA le 17 octobre 1909
prêtre le 9 juillet 1911
décédé le 19 novembre 1959

1911-1929 missionnaire en Côte d’Or
1930-1933 missionnaire en Côte d’Ivoire, Korhogo
1933-1934 Mulhouse, aumônier
1935-1937 Flanville
1937-1941 Zinswald
1941-1943 Saint-Pierre
1945-1954 Vigneulles, puis Zinswald
195461959 Saint-Pierre

décédé à Saint-Pierre, France, le 19 novembre 1959,
à l'âge de 73 ans


Le père Charles ONIMUS (1886 - 1959)

A Saint-Pierre, le 19 novembre 1959, retour à Dieu du père Charles Onimus, à l'âge de 73 ans.

Charles Onimus naquit à Bantzenheim, dans le diocèse de Strasbourg, en 1886. Il fit ses études à Keer, Richelieu et Lyon, où il fut ordonné prêtre en 1911. Parti aussitôt pour le vicariat de la Côte-de-l'Or, le père Onimus travailla à Elmina, Sekondi, Tarquah, etc. Il devint le vrai missionnaire de brousse. Sa douceur, son attitude simple et bienveillante lui valurent de nombreuses conversions.

En 1930, le père Onimus changeait de champ d'apostolat et partait pour la préfecture de Korhogo confiées à sa province. Là encore, il se donna avec zèle et amour au travail du Seigneur. Il aimait célébrer la messe en plein air pour que tout le monde puisse voir. En brousse, il emportait son phonographe, puissant moyen d'attirer les Noirs avides de musique. Quand les curieux étaient assez nombreux, le père arrêtait son phonographe et parlait de religion.

Revenu d'Afrique, il remplit divers postes d'aumônier, remplaça pendant la guerre le curé de Marange-Silvange et, ayant offensé par ses paroles la puissante occupante, il fit 18 mois de camp de concentration.

Revenu bien affaibli, le père Onimus se retira à Vigneulles, puis au Zinswald et à Saint-Pierre, où il continua à aider et à servir les missions et la Société, autant que ses forces le lui permettaient, par exemple le commerce des timbres postes. Au confrère partant en mission et qui venait le visiter, le père Onimus ne manquait pas de faire un large don.

Le père Onimus eut une fin rapide, mais son bon cœur et son amour des âmes l'avaient préparé à paraître devant le Seigneur.