Print

Société des Missions Africaines –Province de Lyon

dessarce benoit né le 4 janvier 1902 à Saint-Etienne
dans le diocèse de Saint-Etienne, France
membre de la SMA le 30 octobre 1926
prêtre le 3 juillet 1927
décédé le 8 janvier 1970

1927-1930 missionnaire en Egypte

1930-1933 Haguenau
1933-1937 Saint-Priest, puis Martigné-Ferchaud
1937-1939 Ave, directeur
1939-1940 mobilisé
1940-1952 Chamalières
1952-1954 Le Rozay, puis Lamure
1954-1970 diocèse de Lyon

décédé à Lyon, France, le 8 janvier 1970,
à l'âge de 68 ans


Le père Benoît DESSARCE (1902 - 1970)

Benoît Dessarce est né le 4 janvier 1902, à Saint-Etienne, dans la Loire. Il fréquente l’école primaire, l’école cléricale, puis le petit séminaire d’Oullins, le grand séminaire de Sainte-Foy et de Francheville jusqu’en 1923. Le 1er décembre 1925, il entre aux Missions Africaines, accueilli par le père Laqueyrie. Il prononce son serment le 30 octobre 1926.

Ordonné prêtre en 1927, il est nommé en Egypte et embarque le 13 septembre à Marseille. Il est affecté à la paroisse de Choubra puis, en 1928, il rejoint le collège de Tanta comme professeur. L’ambiance n’est pas très bonne au collège et, en 1930, le père Dessarce rentre en France.

Il est alors nommé professeur au séminaire de Haguenau, en Alsace, où il demeure trois ans. En 1933 il est désigné pour le Dahomey. Mais le Père se montre réticent devant cette nomination, invoquant le mauvais état de son cœur.

On comprend ces réticences, et il est nommé, d’abord à Saint-Priest, puis Martigné-Ferchaud, de 1933 à 1937. Il rejoint Ave, en Belgique, jusqu’en 1939. Mobilisé, il est employé au cercle militaire à Saint-Etienne, et libéré le 22 juillet 1940.

En septembre, il rejoint Chamalières comme professeur. En 1952, il souhaite être déchargé de l’enseignement. Le père Boucheix lui propose alors de résider au Rozay. Peu de temps après, il est à Lamure-sur-Azergues, puis dans la région de Saint-Etienne.

En janvier 1955, avec l’accord du conseil provincial, il sollicite l’exclaustration pour servir au diocèse. Dans sa demande officielle, il expose deux raisons principales : son état de santé précaire et la situation de famille. Rome accède à sa demande, dès mars 1955, pour une durée de 3 ans. Il administre alors la paroisse de Cornillon, dans la Loire. En 1958, il sollicite le renouvellement de son engagement dans le diocèse. Cela lui est accordé pour 3 ans encore, renouvelé en 1961, et, ainsi de suite, dans les années suivantes. Mais il garde des liens avec les confrères et la Province.

A Noël 1969, il faut l’hospitaliser en cardiologie à Lyon. Le père meurt le 8 janvier 1970, à l’âge de 68 ans.

Ses obsèques, en la chapelle du 150, à Lyon, sont présidées par le père Falcon. De nombreux prêtres diocésains y assistent, ainsi qu’une délégation de paroissiens de Cornillon.