Print

Société des Missions Africaines

malen cyprien né le 29 décembre 1847 à Malestroit
dans le diocèse de Vannes, France
membre de la SMA le 22 juillet 1870
prêtre en 1871
décédé le 14 janvier 1885

1871-1872 Nice puis Algérie

1872-1873 Lyon
1873-1876 missionnaire à la Côte du Bénin, Porto Novo
1876-1879 Lyon, directeur
1879-1885 missionnaire en Egypte, Zagazig

décédé à Zagazig, Egypte, le 14 janvier 1885,
à l’âge de 37 ans


 Le père Cyprien MALEN (1847 - 1885)

Le 14 janvier 1885, à Zagazig, en Egypte, retour à Dieu du père Cyprien Malen, à l'âge de 37 ans.

Cyprien Malen naquit à Malestroit (Morbihan), dans le diocèse de Vannes, en 1847. Il fit ses études secondaires à Sainte-Anne d'Auray et sa philosophie au collège Saint-François Xavier sous la direction des pères Jésuites. Il commença la théologie au grand séminaire de Vannes et entra aux Missions Africaines en 1869. L'année suivante, il faisait son serment et, en 1871, il était ordonné prêtre.

D'abord envoyé à Nice, il fut ensuite mis à la disposition de Mgr Lavigerie pour le séminaire arabe Saint-Eugène près d'Alger. Rentré à Lyon en janvier 1872, il part pour le Bénin en février 1873. Il travailla particulièrement à Porto-Novo.

Souffrant d'hydropisie, mains et figure boursouflées, il rentra en France, dans un bien triste état, en 1876. Bientôt nommé par ses confrères délégué et procureur de la mission du Bénin, il résida à Lyon et déchargea un peu le père Planque. Il est délégué en Egypte, en 1879, pour régler une affaire importante et délicate.

Son mandat de conseiller général prenant fin et sa santé ne lui permettant pas de retourner au Bénin, le père Malen est nommé en Egypte. "Il a d'excellentes qualités, écrit le père Planque au père Duret, et la raideur que vous lui connaissez n'altère en rien sa régularité au devoir".

Il travailla pendant 5 ans en Egypte, humble et soumis. Peu avant sa mort, son supérieur lui ayant défendu une chose qui pouvait lui paraître bien dure, le père Malen observa scrupuleusement l'ordre, sans faire paraître le mondre mécontentement. Il mourut de la petite vérole, mal soigné par un médecin ignorant. Il laissait par testament 5.000 francs pour l'entretien du séminaire.


Société des Missions Africaines
Le Père Cyprien MALEN
né le 29 décembre 1847 à Malestroit
dans le diocèse de Vannes, France
membre de la SMA le 22 juillet 1870
prêtre en 1871
décédé le 14 janvier 1885
Père Cyprien Malen

1871-1872 Nice puis Algérie
1872-1873 Lyon
1873-1876 missionnaire à la Côte du Bénin, Porto Novo
1876-1879 Lyon, directeur
1879-1885 missionnaire en Egypte, Zagazig

décédé à Zagazig, Egypte, le 14 janvier 1885,
à l’âge de 37 ans


Le père Cyprien MALEN (1847 - 1885)

Le 14 janvier 1885, à Zagazig, en Egypte, retour à Dieu du père Cyprien Malen, à l'âge de 37 ans.

Cyprien Malen naquit à Malestroit (Morbihan), dans le diocèse de Vannes, en 1847. Il fit ses études secondaires à Sainte-Anne d'Auray et sa philosophie au collège Saint-François Xavier sous la direction des pères Jésuites. Il commença la théologie au grand séminaire de Vannes et entra aux Missions Africaines en 1869. L'année suivante, il faisait son serment et, en 1871, il était ordonné prêtre.

D'abord envoyé à Nice, il fut ensuite mis à la disposition de Mgr Lavigerie pour le séminaire arabe Saint-Eugène près d'Alger. Rentré à Lyon en janvier 1872, il part pour le Bénin en février 1873. Il travailla particulièrement à Porto-Novo.

Souffrant d'hydropisie, mains et figure boursouflées, il rentra en France, dans un bien triste état, en 1876. Bientôt nommé par ses confrères délégué et procureur de la mission du Bénin, il résida à Lyon et déchargea un peu le père Planque. Il est délégué en Egypte, en 1879, pour régler une affaire importante et délicate.

Son mandat de conseiller général prenant fin et sa santé ne lui permettant pas de retourner au Bénin, le père Malen est nommé en Egypte. "Il a d'excellentes qualités, écrit le père Planque au père Duret, et la raideur que vous lui connaissez n'altère en rien sa régularité au devoir".

Il travailla pendant 5 ans en Egypte, humble et soumis. Peu avant sa mort, son supérieur lui ayant défendu une chose qui pouvait lui paraître bien dure, le père Malen observa scrupuleusement l'ordre, sans faire paraître le mondre mécontentement. Il mourut de la petite vérole, mal soigné par un médecin ignorant. Il laissait par testament 5.000 francs pour l'entretien du séminaire.