Imprimer

Société des Missions Africaines

HOLLEY Theodore né le 21 juin 1852 à Gorges
dans le diocèse de Coutances, France
membre de la SMA le 18 décembre 1875
prêtre le 27 mai 1877
décédé le 14 avril 1885

1877-1878 Clermont-Ferrand
1878-1885 missionnaire au vicariat du Bénin
Lagos, Tocpo, Abéokuta

décédé à Lagos, Nigeria, le 14 avril 1885,
à l’âge de 33 ans


Le père Théodore HOLLEY (1852 - 1885)

A Lagos, le 14 avril 1885, retour à Dieu du père Théodore Holley, à l'âge de 33 ans. Théodore Holley était né dans le diocèse de Coutances en 1852. Il commença ses études dans son diocèse et, en 1874, put enfin entrer aux Missions Africaines. Il émit le serment en 1875 et fut ordonné prêtre en 1877. Nommé à Clermont, il aidera le père Desribes à faire vivre la maison, faisant de nombreuses tournées de quêtes dans le midi et le nord de la France, en Belgique et en Hollande. Mais son grand désir était de partir vers l'Afrique et il en fit plusieurs fois la demande au père Planque: "J'ose solliciter de votre bonté toute paternelle le désir immense que j'ai d'aller souffrir en Afrique en travaillant au salut des âmes."

Son désir fut exaucé et, en décembre 1878, avec trois autres confrères, il s'embarquait à Liverpool pour le Bénin. La traversée, d'après les lettres du père Holley, fut des plus joyeuses. Il travailla d'abord à Lagos et à Tocpo, se donnant de tout cœur à l'étude du nago qu'il parla bientôt avec facilité.

En 1880, le père Chausse envoya le père Holley fonder Abeokuta. Il y avait longtemps que les supérieurs désiraient s'installer en cette ville, mais on disait que les Blancs n'avaient pas l'autorisation de s'y établir. Au fond, cette défense ne visait que les Anglais et les protestants. Le père Holley réussit à se faire des amis parmi les chefs et put fonder la mission catholique. Malgré les difficultés que lui créèrent les protestants et le diable, le père Holley construisit plusieurs bâtiments pour les pères et les religieuses. Grâce à son zèle ardent et à sa grande bonté, il conquit très vite les gens d'Abeokuta.

Avec le père Chausse, en 1882-1883, il entreprit un long voyage d'exploration sur le cours du Niger et, en 1884, dans le pays Yoruba de la région d'Oyo. Ce second voyage fut entrepris contre la volonté d'un grand féticheur. La gloire de Dieu et le salut des âmes étant en cause, les deux pères crurent qu'ils devaient partir, même contre la volonté de ce chef redouté. Le voyage achevé, après un long repos à Lagos, le père Holley revint à Abeokuta. Il ne tarda pas à tomber malade et vint mourir à Lagos au milieu des plus terribles souffrances offertes à Dieu pour le salut des Noirs. Le chef féticheur avait montré que l'on ne méprisait pas en vain sa volonté.

Toute sa vie, le père Holley donna à la prière la première place. En 1882, il écrivait: "Je crois que l'on ne prie pas assez. Il ne suffit pas de donner de l'argent, qui coûte quelquefois peu, il faut y joindre la prière fervente, le désir ardent de voir le règne de Dieu arriver jusqu'à nous."

Mgr Pellet nous a retracé cette vie dans l' "Ecole apostolique", p 154.