Imprimer

Société des Missions Africaines

CHAUTARD Eugene né le 22 mai 1851 au Béal de Beurrières
dans le diocèse de Clermont-Ferrand (France)
membre de la SMA le 17 décembre 1875
prêtre le 19 mars 1876
décédé le 19 avril 1915

1877-1882 missionnaire au Déhomey
1883-1890 Lyon professeur de théologie morale
1890-1892 Egypte, directeur du séminaire de Mahalla
1892-1895 Lyon, professeur de morale
1895-1900 Le Caire, professeur de morale
1900-1902 supérieur de Zagazig
1902-1906 Lyon, professeur de morale
1906-1914 procureur général à Rome

décédé à La Croix Valmer, France, le 19 avril 1915,
à l’âge de 64 ans


Le père Eugène CHAUTARD (1851 - 1915)

A La Croix, le 19 avril 1915, retour à Dieu du père Eugène Chautard, procureur général, à l'âge de 64 ans.

Né en 1851, à Béal de Bourrières, dans le diocèse de Clermont-Ferrand, Eugène Chautard, déjà minoré, entrait aux Missions Africaines en 1874. Ayant fait le serment l'année suivante, il fut ordonné prêtre en 1876. Il passa d'abord quelques mois à Nice et, en 1877, il s'embarquait pour la Côte du Bénin. Il vécut sa première année de mission à Agoué avec le père Poirier, puis fut nommé à Tocpo, à la fameuse cocoteraie que le père Landais faisait prospérer. C'est là que le père Chautard fit connaissance avec les panthères qui venaient "causer" avec les moutons et les bœufs de la mission. En 1882, sa santé l'obligea à rentrer. Nommé professeur de morale au grand séminaire à Lyon, pendant 7 ans, le père Chautard va enseigner, mais aussi écrire des articles, prêcher et photographier... La photo était en effet la passion innocente du père. En 1890, il donna une conférence fort remarquée sur le Dahomey à la Société géographique de Lyon. Le Dahomey était en effet à l'ordre du jour, car c'était la première expédition française en ce pays.

A la fin de cette année 1890, le père Chautard était désigné par le père Planque pour prendre la direction du séminaire de Mahallah, annexe de celui de Lyon, créé pour éviter le service militaire aux séminaristes français. En 1892, le père Chautard était de retour à Lyon comme directeur des aspirants et professeur. Ses loisirs sont occupés à traduire les Annales de la Propagation de la Foi en portugais (langue qu'il a apprise au Dahomey), à écrire des articles pour les "Missions Catholiques", articles qu'il puise dans le journal détaillé qu'il a rapporté de son séjour à la Côte, et le dimanche il va faire du ministère dans les environs.

En 1895, le père Chautard retrouvait l'Egypte, mais comme aumônier du pensionnait de la "Mère de Dieu", puis comme supérieur de Zagazig. En 1902, c'est le retour définitif en Europe, et le père Chautard reprend sa chaire de morale. D'Egypte, il a rapporté de nombreuses notes et en 1904 paraît le livre "Au pays des pyramides". Nommé procureur général à Rome en 1906, le père Chautard fut hautement apprécié par les membres de la congrégation de la Propagande. Il avait, en effet, partout travaillé avec beaucoup de zèle et, à Rome, il ne put que continuer dans la voie qu'il s'était tracée, voie de dévouement et de service. Au printemps 1911, un malencontreux accident de voiture le blessa à l'épaule et au bras, le laissant infirme pour le reste de ses jours. Souffrant en outre de diverses affections, le père Chautard se retira à La Croix après l'assemblée de 1913. Il y finit ses jours, priant et écrivant toujours pour sa chère Société, jamais trop connue à son gré.