Imprimer

Société des Missions Africaines – Province de Lyon

 bedel  Le Père Jean-Marie BEDEL
né le 2 juillet 1871 à Eréac
dans le diocèse de Saint-Brieuc, France
membre de la SMA le 18 avril 1895
prêtre le 5 juillet 1896
décédé le 14 décembre 1943
 

1896-1921 missionnaire en Côte-d'Ivoire 
1921-1938 missionnaire au Togo
1939-1943 vicariat d'Abidjan, Côte-d'Ivoire

décédé à Abidjan, Côte-d'Ivoire, le 14 décembre 1943,
à l’âge de 72 ans

Le père Jean-Marie BEDEL (1871 - 1943)

A Abidjan (Côte-d'Ivoire), le 14 décembre 1943, retour à Dieu du père Jean-Marie Bedel, à l'âge de 72 ans. Il est l'un des fondateurs de la mission en Côte-d'Ivoire.

Né à Eréac, dans le diocèse de Saint-Brieuc en 1871, Jean-Marie Bedel fit ses études à Dinan et au grand séminaire de Saint-Brieuc. Entré aux Missions Africaines en 1893, il y fit le serment en 1895 et fut ordonné prêtre en 1896.

Il fut ensuite désigné pour la préfecture de la Côte-d'Ivoire qui n'avait qu'un an d'existence. Affecté d'abord à Dabou, le père Bedel fondait peu après Bonoua chez les Abourés, petit peuple actif, mais belliqueux, réfractaire aux Européens. Le père Bedel alla vers eux, non comme un maître, mais comme un ami désintéressé. Il réussit à se faire accepter et à vaincre toutes les résistances. "Patience et confiance", telle aurait pu être sa devise.

En 1902, avec le père Fer, le père Bedel fait à pied un long voyage de reconnaissance dans le Nord et, l'année suivante, remonte pour fonder Koroko qui deviendra Korhogo. Au nom de la société anti-esclavagiste, il fonda plusieurs villages pour les esclaves libérés. Il travailla aussi à la fondation de Katiola. "Ne nous décourageons pas, disait-il, comptons sur le temps et sur Dieu."

Vice-préfet de Koroko, il administra la préfecture pendant la guerre, et surtout de 1918 à 1921. A cette date, "afin de laisser les mains complètement libres" au nouveau préfet, Mgr Diss, le père Bedel poussa l'esprit de renoncement jusqu'à demander à être envoyé dans un autre territoire. Nommé au Togo, le père Bedel fit un travail remarquable dans la région d'Agadji. Missionnaire très actif, très doué pour le matériel, le zèle missionnaire du père Bedel faisait vite oublier son caractère parfois très violent.

En 1939, le père Bedel avait le bonheur de se retrouver à Dabou, en Côte-d'Ivoire, où il avait débuté en 1896. Il y travailla jusqu'à son retour au Père.

La vie du père Bedel fut dominée par l'unique souci de travailler pour Dieu, d'être missionnaire et rien que missionnaire. Il fut l'homme de sa vocation. Il semait, laissant à Dieu le soin de déterminer l'heure de la moisson. Homme d'action, il avait entièrement confiance en l'assistance de Dieu.