Imprimer

Société des Missions Africaines – Province de Strasbourg

WILHELM Gilbert né le 1er juin 1934 à Saint-Louis
dans le diocèse de Metz (France)
membre de la SMA le 16 juillet 1956
prêtre le 6 janvier 1962
décédé le 1er juin 2007

1962-1970 missionnaire au Togo
paroisse de Assahoun
aumônier auprès des sœurs NDE à Noépé
1970-1982 Haguenau, collège sma, professeur
1982-2007 maison sma du Zinswald
1982-1987 : supérieur
1987-1993 : économe
et desservant de Dannelbourg
1993-1999 : Dannelbourg et Henridorff
1999-2007 : modérateur de la communauté de
paroisses St Augustin Schoeffler de la Porte
des Vosges (Mittelbronn, Henridorff et
Saint-Jean Kourtzerode)

décédé à l'hôpital de Haguenau le 1er juin 2007
à l’âge de 73 ans


Le père Gilbert WILHELM - (1934-2007)

Le Père Gilbert Wilhelm nous a quittés le jour même de son 73e anniversaire. Ses funérailles ont été célébrées dans la paroisse de son baptême et présidées par le Père Joseph Oury , Vicaire Episcopal et représentant Monseigneur l'Evêque de Metz. (Monseigneur Pierre Raffm viendra lui-même au Zinswald le 19 juin lors de l'Assemblée Provinciale pour présider une eucharistie à son intention.) A Saint Louis, on n'avait jamais vu autant de prêtres rassemblés le même jour : prêtres de la zone pastorale, prêtres originaires de la paroisse et de nombreux confrères des Missions Africaines. "Mais d'où viennent-ils donc tous" ? demandera le président de la célébration. Les paroissiens dont Gilbert avait la charge s'uniront à ceux de Saint Louis pour une eucharistie particulièrement priante soutenue par les chorales chantant d'un même cœur.

Ci-dessous quelques extraits de l'homélie assurée par le responsable de la communauté du Zinswald, également curé de la paroisse de Saint Louis.

Gilbert, le bon berger : Je crois que notre ami Gilbert était sensible à cette image de Jésus, le bon berger, Jésus qui rayonne la douceur et la miséricorde... Jésus qui ne juge pas, qui ne condamne pas mais qui accueille avec amour et tendresse tous ceux qui se tournent vers lui. C'est peut-être bien ce visage du bon berger, annoncé par les prophètes, chanté par le psalmiste et repris par Jésus, qui a fasciné notre ami Gilbert et qui a fait germer en lui la vocation de prêtre et de missionnaire.

J'ai encore d'autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie... celles-là aussi, il faut que je les conduise... La maison du Zinswald que les Pères des Missions Africaines venaient d'acquérir (en 1936) exerçait une attirance sur le jeune Gilbert. Il avait pu assister à la bénédiction de la chapelle que le Père Muckensturm avait fait construire. Le Zinswald était devenu une des destinations favorites de ses promenades du dimanche. Et c'est tout naturellement que sur les encouragements du Père Edouard Demerlé, il rejoindra le petit séminaire des Missions Africaines à Saint Pierre.

Il y a 45 ans Gilbert célébrait sa 1ère messe dans l' église de Saint Louis qui l'a accueilli pour la messe des funérailles. La même année encore, il pourra réaliser son rêve missionnaire en se mettant au service de l'archevêque de Lomé au Togo. Ses dons de pédagogue lui vaudront d'être rappelé au bout de huit ans: il fallait alors renforcer et rajeunir l'équipe de formation de notre école Saint Arbogast à Haguenau, douze ans de service apprécié par les élèves et leurs parents.

C'est en 1982, il y a exactement 25 ans, que le Père Gilbert reviendra dans sa Lorraine natale: il fallait un nouveau responsable au Zinswald. Il exercera tour à tour pendant plus de 10 ans les charges de supérieur (82-87) puis d'économe (87-93). Il était heureux ici, si près de son village, et de sa famille où il se sentait toujours le bienvenu; il était heureux aussi de vivre en communauté avec ses confrères des Missions Africaines, et ne rêvera jamais de s'installer seul dans un presbytère.

Cette même année, lors de sa venue au Zinswald, l'évêque de Metz confiera au Père Gilbert la paroisse de Dannelbourg à laquelle s'ajouteront bientôt celle de Vescheim puis celle de Henridorff (93-99). Au décès de son ami, l'abbé Arsène Trapp, (1999), le Père Gilbert acceptera de prendre sa relève pour Mittelbronn et Saint-Jean tout en continuant à avoir la charge de Henridorff.

Je connais mes brebis et mes brebis me connaissent. Je crois que ces quelques mots nous révèlent l'idéal de vie du Père Gilbert. Le 20 mai dernier, l'Equipe d'Animation Pastorale Saint Augustin Schoeffler était officiellement reconnue. Mais le Père n'avait pas attendu la mise en place de cette nouvelle structure pour accorder à ses fidèles la plus grande confiance et pour les soutenir dans leurs initiatives.

Plusieurs parmi vous ont été frappés de voir que ce même 20 mai, journée de la Kermesse du Zinswald, le Père avait passé tout l'après-midi au milieu de ses paroissiens et des amis des missions et ceci malgré sa fatigue et ses ennuis de santé. Oui, le Père portait sa croix bien discrètement et sans jamais se plaindre.

Un seul troupeau et un seul pasteur. Construire et reconstruire l'unité était une de ses préoccupations majeures: il ne ménageait pas ses bonnes paroles, ni son humour, au téléphone ou lors de ses visites pour remettre sans se lasser un peu d'huile dans les rouages d'une équipe qui risquait de se gripper.

Le pèlerinage annuel de Saint Augustin Schoeffler était un héritage un peu pesant qui le tracassait, et pourtant il avait tenu à poursuivre fidèlement cette tradition et à l'organiser avec minutie, tout en ne s'immisçant pas dans l'organisation interne de l'association Saint Martin.

L'EAP est en place -une équipe dynamique et solide -et pour- tant le départ du Père Gilbert laisse un grand vide. Suffira-t-il de prier le maître de la moisson afin qu' il envoie des ouvriers à sa moisson ? Ne faudra-t-il pas aussi ranimer notre foi, et redécouvrir toute la beauté de la vocation de prêtre et de missionnaire… et nous mettre davantage à l'écoute du Seigneur qui continue à appeler aujourd'hui comme hier ?

Le moment est venu de rendre grâce au Seigneur pour ces 45 ans de beau ministère du Père Gilbert. "Cher Gilbert, malgré tes ennuis de santé, et les conseils de tes médecins tu n' as pas voulu abandonner tes brebis. Merci pour cette belle fidélité! Merci aussi pour le beau témoignage de bonté et de proximité avec tous que tu nous laisses : Le bon pasteur connaît ses brebis et ses brebis le connaissent. Que Jésus, le vrai et unique bon Pasteur, t'accueille maintenant pour te faire reposer dans ses verts pâturages!

Il repose désormais dans le cimetière de Saint-Louis, dans la tombe familiale.