Imprimer

Société des Missions Africaines –Province de Lyon

PRIOU Yves né le 6 avril 1908 à Bodolis
dans le diocèse de Quimper, France
membre de la SMA le 13 avril 1929
décédé le 29 juin 1988

1929-1950 missionnaire en Egypte
1929-1938, Héliopolis, sacristain
1938-1940, Zagazig, sacristain et professeur
1940-1944, Choubra, sacristain
1944-1950, Zagazig, sacristain et professeur
1950-1985 Crillon, procure
1985-1988 Montferrier, retiré

Chevalier de l’ordre du Mérite
Médaille d’Or du Dévouement Civique
de la ville de Paris

décédé à Montferrier, France, le 29 juin 1988,
à l'âge de 80 ans


Le frère Yves PIRIOU (1908 - 1988)

Yves Piriou est né à Bodilis, dans le Finistère, le 6 avril 1908. Le 1er avril 1927, il entre au noviciat, à Offémont. Deux ans plus tard, le 13 avril 1929, il devient membre de la SMA et prend le nom de frère Michel.

Dès septembre, il est affecté en Égypte et va y servir 20 ans, comme sacristain à Héliopolis, Zagazig, Choubra. Puis, il reviendra à Zagazig comme professeur. Il gardera de sa longue présence en Égypte un très bon souvenir. Il règle sa vie sur l’amour de l’Eucharistie : on le trouve souvent devant le tabernacle, uni au cœur de Jésus.

Le 15 septembre 1950, frère Michel est affecté à la procure de Paris où il demeurera 35 ans. Fidèle à sa fonction de sacristain et de priant à la chapelle, mais sillonnant aussi les rues de Paris et de la banlieue. Il court dans la capitale et la banlieue, pour présenter calendriers et revues sma, recueillir des dons pour la vente de charité, jusque dans les bars. Souvent fatigué, il écoute peu les conseils de modération.

Le frère, par sa gentillesse, se fait beaucoup d’amis et les intéresse à la mission. Il y met courage, conviction, amour et sourire. En 1968, il doit subir une grave opération intestinale et devra supporter longtemps les séquelles de cette opération. Cela ne l’empêche pas de circuler à vélo, à moto, malgré quelques accidents.

Le 15 mars 1971, il est fait chevalier de l’Ordre du mérite pour services rendus à l’enfance africaine en Égypte, et il en est très fier. Le 21 avril 1979, c’est la fête de son jubilé d’or devant une foule imposante d’amis. L’adjoint au maire de Paris lui décerne le médaille d’or du dévouement civique de la ville.

Deux accidents de la circulation lui signifient qu’arrive le temps du repos. Le provincial lui écrit qu’il a été une providence par un travail humble et éprouvant de porte à porte quotidien, semé de joies et de peines, tout cela par amour du Seigneur et de la Mission. En 1985, le frère rejoint la maison de retraite de Montferrier. Le 28 juin 1988, il se préparait à aller passer quelques jours en Bretagne, quand il chuta d’une chaise, heurta le sol de la tête et alla se coucher. On le retrouva mort, le lendemain, dans son lit. Il n’avait alerté personne de sa chute de la veille au soir.

Frère Yves repose dans le cimetière des Missions Africaines à Montferrier Il a été un humble grain de blé, semé en terre, mais qui a produit beaucoup de fruits.