Imprimer

Société des Missions Africaines –Province de Lyon

WELLINGER Henri né le 25 mars 1847 à Anzeling
dans le diocèse de Metz, France
membre de la SMA le 2 juillet 1878
prêtre le 26 mai 1871
décédé le 16 septembre 1930

1871-1878 précepteur et voyage en Orient
1878-1880 Richelieu, professeur
1880-1900 missionnaire en Egypte
1901-1919 Via (Pyrénées orientales), Jersey
1919-1923 Paris, procure
1923-1930 Flanville, aumônier, puis La Croix

décédé à La Croix-Valmer, France, le 16 septembre 1930,
à l'âge de 83 ans


Père Henri WELLINGER (1847 - 1930)

A La Croix-Valmer, le 16 septembre 1930, retour à Dieu du père Henri Wellinger, à l'âge de 83 ans.

Henri Wellinger naquit à Paris en 1847. Il fit ses études au séminaire Notre-Dame des Champs, puis au grand séminaire de Saint-Sulpice. Il dut interrompre ses études pour raison de santé, mais, grâce au soleil de Nice et à force d'énergie et de volonté, il put aller jusqu'au sacerdoce. Il fut ordonné prêtre en 1871. L'abbé Wellinger s'occupa alors de préceptorat et fit un voyage en Orient.

En juin 1877, il entrait aux Missions Africaines et fit son temps de probation comme professeur de Morale à Lyon. Il fit le serment le 2 juillet 1878. En octobre suivant, le père Wellinger allait à Richelieu comme professeur et, en septembre 1880, il partait pour le Delta du Nil.

Il fut placé à Zagazig et fit preuve d'un grand dévouement au cours d'une épidémie de choléra. Il réussit à sauver beaucoup de monde. Supérieur de Zagazig, il acheta l'usine et le terrain afin d'agrandir la mission. En 1884, le père Wellinger gagne le Liban et, tout en se rendant utile dans le collège de Mgr Debs à Beyrouth, il se met à l'étude de l'arabe. Avant de regagner l'Egypte, il passe quelques mois à Paris afin de quêter pour sa mission. Retourné au Delta du Nil, il s'occupe de la fondation d'une ferme-école avec orphelinat à Mil-el-Nassara. Mais sa santé le dessert; il doit rentrer plusieurs fois en France et, en Egypte, il devient aumônier des Dames du Sacré-Cœur. Il prend ensuite la direction du collège Saint-Louis de Tanta.

En 1900, malade et aussi "aigri" de ce que les supérieurs n'ont pas tenu compte "des pensées directrices dont je m'inspire pour le succès de notre mission à Tanta et que je voudrais communiquer à tous mes confrères pour réunir nos volontés dans un effort commun", le père Wellinger rentre en Europe. Il va demander aux Pyrénées, puis aux Alpes une meilleure santé. Il séjourne au moins cinq ans à Via, dans les Pyrénées Orientales, et se rend utile dans l'enseignement.

Au moment de la guerre, le père Wellinger est déjà depuis quelque temps à Jersey, où il tient la maison au nom du père Moison, supérieur de Pont-Rousseau. Lorsque la maison est vendue aux "Fidèles Compagnes de Jésus", il y resta comme aumônier, mais les difficultés ne tardent pas.

En 1919, le père Wellinger devient procureur à Paris. En 1924, il lui faut céder à la faiblesse d'un corps qui répond mal aux appels et aux exigences de son énergie et de sa volonté. Il accepte le sacrifice à La Croix. Il s'y occupe d'études théologiques qui furent la "grande passion et aussi la grande consolation de sa vie".

C'est là que le Seigneur est venu le prendre.