Imprimer

Société des Missions Africaines –Province de Strasbourg

KAPPS Lucien né le 9 juin 1909 à Mommenheim
dans le diocèse de Strasbourg, France
membre de la SMA le 24 juillet 1936
prêtre le 25 décembre 1939
décédé le 7 novembre 1977

1946-1957 missionnaire au Togo, Lomé
1957-1958 Saint-Pierre, professeur
1958-1961 Saint-Pierre, économe, école puis grand séminaire
1961-1967 Haguenau, professeur
1967-1977 Marienthal, chapelain

décédé à Haguenau, France, le 7 novembre 1977,
à l'âge de 68 ans


Le père Lucien KAPPS (1909 - 1977)

Lucien Kapps est né à Mommenheim, dans le Bas-Rhin, le 9 juin 1909. À l’âge de 18 ans, après quelques années d’études, il entra dans la Congrégation des Frères des Écoles Chrétiennes. Trois ans plus tard, en 1930, dans l’intention de se préparer au sacerdoce, il entreprit de terminer ses études secondaires dans les écoles des Pères Salésiens de Don Bosco, à l’Institut Saint-Paul de Melles-les-Tournai et à l’Institut Don Bosco de Maretz près de Cambrai. Il fit ensuite une année de philosophie au Séminaire Saint-Thomas à Strasbourg et il entra à Chanly le 15 octobre 1934. Après le temps de noviciat, il fit le serment le 24 juillet 1936, effectua ensuite ses études théologiques aux Séminaires de Saint-Pierre et de Lyon et fut ordonné prêtre à Lyon, le jour de Noël 1939, par Mgr Hauger.

À sa sortie du Séminaire, au mois d’août 1940, il vint en Alsace et passa quelque temps dans sa famille, les événements de la guerre et l’annexion allemande rendant hasardeuse et difficile une orientation bien précise. Au mois de février 1941, il put se mettre au service du diocèse de Metz et devint vicaire à Phalsbourg. Ce fut pour peu de temps car, le 28 juillet 1941, il fut expulsé par les autorités allemandes qui, à cette époque, firent partir une bonne partie de la population d’un territoire qui était devenu, en fait, la Lorraine annexée.

Le Père fut accueilli dans le diocèse de Saint-Dié. Un poste de vicaire lui fut confié à Charmes, dans les Vosges, paroisse de 4 600 habitants à laquelle la guerre avait enlevé son vicaire. Le Père Kapps se donna à son ministère avec beaucoup de zèle durant ces pénibles années de guerre, jusqu’au 31 juillet 1945. Puis, après une année de professorat à l’école apostolique de Haguenau, nommé pour la Mission du Togo, il s’embarqua pour Lomé à l’automne de 1946. Il fut alors missionnaire au Togo, dans les stations d’Assahun, de Tsévié et d’Atakpamé, ainsi que à Lomé, où il fut vicaire de la cathédrale.

En juillet 1957, il revint en France, fut professeur à l’école de Saint-Pierre en 1957-1958, économe de la même maison en 1958-1959, économe du grand séminaire de Saint-Pierre de 1959 à 1961, professeur à l’école de Haguenau de 1961 à 1967, toutes charges dont il s’acquitta avec autant de savoir-faire que de dévouement. En même temps il restait attaché au ministère paroissial, en exerçant les fonctions de vicaire, à Andlau depuis Saint-Pierre et à Soufflenheim depuis Haguenau.

En 1967, il fut nommé Chapelain de la Basilique de Marienthal. Un ministère varié s’offrit ainsi à son zèle pastoral, pour la paroisse et l’église du pèlerinage, pour le Couvent des Carmélites et pour l’école. Le Père devait rendre aussi des services précieux dans le domaine de la musique et du chant religieux pour lesquels il était bien doué. Résidant à la Maison des Prêtres, il déploya dans le ministère des âmes une activité dévouée et consciencieuse pendant dix ans, jusqu’à ce que, en 1977, atteint d’un mal incurable, il dut être hospitalisé à la Clinique Saint-François de Haguenau. Il mourut le 7 novembre 1977.

Ses obsèques furent célébrées à la Basilique de Marienthal, le 11 novembre 1977. Elles furent présidées par Mgr Strebler. Le Chanoine Joseph Vogler, Directeur du Pèlerinage et Curé, prononça l’homélie. L’inhumation eut lieu ensuite au cimetière de Mommenheim.