Imprimer

Société des Missions Africaines – Province de Lyon

GUILCHER Rene né le 9 janvier 1881 à Morlaix
dans le diocèse de Quimper, France
membre de la SMA le 22 décembre 1899
prêtre le 19 juillet 1903
décédé le 14 novembre 1948

1903-1914 missionnaire en Egypte, Zeitoun, Tanta
1914-1918 mobilisé
1919-1921 missionnaire en Egypte
1921-1948 Lyon, l’Echo, l’Almanach Noir
1928-1931, conseiller provincial
1931-1937, vice provincial
historien de la Société

décédé à Lyon, France, le 14 novembre 1948,
à l’âge de 67 ans


Le père René-François GUILCHER (1881 - 1948)

A Lyon, le 14 novembre 1948, retour à Dieu du père René-François Guilcher, à l'âge de 67 ans.

Né à Morlaix, dans le diocèse de Quimper, en 1881, René Guilcher fit ses études à Pont-Rousseau, Richelieu et Lyon, puis Choubrah. Assermenté en 1899, il était ordonné prêtre en 1903. Après avoir chanté sa première messe au pays natal, le père Guilcher regagnait l'Egypte pour y continuer l'enseignement qu'il avait commencé depuis un an à l'école de Zeitoun.

Nommé professeur au collège de Tanta en 1906, il y enseigna les lettres, puis les sciences commerciales, nouant de solides amitiés parmi les autochtones. Mobilisé en France pendant la guerre, il retourna ensuite en Egypte jusqu'en 1921, année où, nommé à la maison mère, à Lyon, il devint le dévoué et actif collaborateur des pères Chabert et Laqueyrie.

Sous des apparences physiques plutôt frêles, le père Guilcher cachait une énergie et une capacité de travail extraordinaires.

En 1923, il prenait la direction de "l'Echo" et de "l'Africain" qui allait devenir "l'Almanach Noir". En 1928, à l'occasion des fêtes du centenaire du père Planque, le père Guilcher édita une biographie: "Un ami des Noirs: Augustin Planque". Il publia ensuite une série de plaquettes sur la Société et ses missions.

Désormais, le père Guilcher va consacrer ses talents si divers à étendre le rayonnement de sa chère Société, faire connaître ses œuvres et aider de multiples façons ses confrères en mission. Durant de longues années, il accumula notes et documents, lectures et recherches, avec un intérêt passionné pour tout ce qui concernait le monde africain et missionnaire. Il acquit ainsi une maîtrise de son sujet qu'il développa dans une foule d'articles, de comptes rendus, de monographies pour de nombreuses publications. Il prit maintes fois la parole dans les congrès et semaines internationales missionnaires.

Conseiller provincial en 1928, vice-provincial en 1931, le père Guilcher prit une part active à l'administration de la province. Il eut aussi l'occasion de faire un voyage à la Côte. Précieux voyage pour lui, qui ne connaissait que l'Egypte. Ce fut un voyage de documentation.

Depuis 1938, le père Guilcher se consacrait plus spécialement à réunir des documents pour une histoire de la Société. Le père Guilcher fut un érudit, un écrivain de grand talent, un archiviste remarquable, mais surtout un prêtre zélé, à la charité inépuisable. Cette charité, il l'a bien montrée comme aumônier du centre des réfugiés à Lyon, pendant la guerre. Il s'arracha alors à ses archives, et, durant de longs mois, il fit preuve d'un dévouement incessant et d'une activité incroyable.

Fin 1947, le père entrait en clinique où il supporta, pendant un an, un véritable martyre. C'est là qu'il donna toute la mesure de sa foi confiante.