Imprimer

Société des Missions Africaines - Province de Strasbourg

OGE Jean Mgr né le 11 février 1868 à Ettendorf
dans le diocèse de Strasbourg, France
membre de la SMA le 25 décembre 1887
prêtre le 13 juillet 1890
préfet apostolique du Liberia le 3 janvier 1911
décédé le 16 novembre 1931

1890-1895 vicariat apostolique de la Côte de l'Or
1896-1907 Clermont-Ferrand, professeur
1907-1911 Bénin
1911-1931 nommé préfet apostolique de la mission
de Liberia le 3 janvier 
1928 Chargé d'Affaires du Saint-Siège auprès de la
République de Liberia le 15 décembre

décédé à Lyon, France, le 16 novembre 1931
à l’âge de 63 ans


Monseigneur Jean OGÉ (1868 - 1931)

A Lyon, où il était hospitalisé, le 16 novembre 1931, retour à Dieu de Monseigneur Jean Ogé, préfet apostolique du Liberia, à l'âge de 63 ans.

Jean Ogé naquit à Ettendorf, dans le diocèse de Strasbourg, en 1868. Il fit ses études à Richelieu et à Lyon, où il fut ordonné prêtre en 1890. Le père Ogé fut affecté de suite à la préfecture de la Côte-de-l'Or. En 1895, ce fut la terrible épidémie de fièvre jaune: plusieurs missionnaires en furent les victimes. Le père Ogé, embarqué sans connaissance sur un navire de passage, y échappera de justesse, mais devra passer un an en France pour se rétablir.

Fin 1896, le père Ogé est de retour à la Côte-de-l'Or. Il y remplit plusieurs fois la fonction de chef de mission, devant, comme pro-vicaire, assurer l'intérim de Mgr Albert, puis de Mgr Klauss, si vite enlevés par la maladie. Le père Ogé remplissait aussi la haute charge de visiteur.

En 1908, le père Ogé, après un bon congé au pays natal, reprit le chemin de l'Afrique; il était nommé au vicariat de la Côte du Bénin. Mgr Lang, connaissant la valeur et la grande expérience du missionnaire qu'on lui envoyait, confia au père Ogé la direction du petit séminaire récemment fondé à Ibadan.

Le 3 janvier 1911, un décret de la Propagande nommait le père Ogé préfet apostolique du Liberia. C'est une mission des plus difficiles, mais le père Ogé est un vétéran: il n'a pas peur du travail et des difficultés. Il va lancer sa jeune préfecture et même réussir, en 1928, à établir des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et la république protestante du Liberia. Grand missionnaire, grand bâtisseur, Mgr Ogé avait un sens merveilleux de l'adaptation; il connaissait parfaitement les langues locales. Il fut toujours pour ses confrères un conseiller judicieux et sage. "C'était un vrai plaisir de travailler avec lui; il avait une si grande expérience des missions." Mgr Ogé avait son franc parler et une certaine exubérance de paroles, mais il était d'une grande prudence dans les décisions à prendre.

Il savait comprendre les difficultés des jeunes et encourager avec bonhomie. En raison de sa bonté et de sa bonne humeur, il a toujours été très aimé des Noirs.

Mgr Ogé mourut à Lyon à la suite d'une grave opération au foie. Au cours de ses 40 années de mission, le Seigneur lui avait demandé de nombreux sacrifices. Il lui en demandait un dernier: celui de mourir loin de sa chère mission.

"Tous ceux qui me connaissent savent que j'aime notre Société, que je l'aime, non d'un amour platonique, mais dévoué et sincère, d'un amour prêt à tous les sacrifices. Toux ceux qui me connaissent savent mon adage: quelles que soient les difficultés que nous puissions avoir dans notre Société, je ne la changerais contre aucune autre." (Mgr Ogé)