Imprimer

Société des Missions Africaines –Province de Lyon
Le Père Adolphe SAUBAN

SAUBAN Adolphe né le 22 août 1908 à Douarnenez
dans le diocèse de Quimper, France
membre de la SMA le 29 juillet 1928
prêtre le 2 juillet 1933
décédé le 23 novembre 1972

1933-1937 professeur à Chamalières
1937-1953 missionnaire en Egypte
1953-1954 procure de Paris
1954-1955 Lamure-sur-Azergues
1955-1957 procure à Martigné-Ferchaud
1963-1964 aumônier à Lyon
1964-1965 aumônier à Marseille
1966-1967 La Croix-Valmer
1967-1972 Saint-Briac

décédé à Saint-Briac, France, le 23 novembre 1972,
à l'âge de 64 ans

Le père Adolphe SAUBAN (1908 - 1972)

Né le 22 août 1908 à Douarnenez, Adolphe Sauban est baptisé le jour de sa naissance. Il entre au petit séminaire de Pont-Rousseau, puis continue ses études à Saint-Priest et à Offémont. Le 1er octobre 1926, il rejoint Chanly pour le noviciat jusqu’en 1928, et entre au grand séminaire, à Lyon, le 1er octobre 1928.

En 1929, appelé sous les drapeaux, Adolphe est envoyé dans la Ruhr, en Allemagne occupée. Libéré en 1930, il rejoint le grand séminaire, à Lyon. C’est là, au "150", qu’il poursuit ses études théologiques et est ordonné prêtre le 2 juillet 1933.

Vu sa santé fragile, il est nommé à Chamalières comme professeur, tout en suivant un régime et des traitements médicaux.

En 1937, on l’affecte en Egypte. Il est nommé vicaire à Choubra. Mobilisé en 1939, il travaille comme infirmier, puis revient en 1940 à Choubra, où il exerce divers ministères. Le conseil provincial le rappelle en France, en 1953.

Affecté à la procure de Paris, il n’y reste que quelques mois. En 1954, le père rejoint Pont-Rousseau où il est chargé de tenir le stand sma dans les foires de la région, selon la coutume de l’époque. Puis il devient aumônier de préventorium en Haute-Savoie, assure des services à Lamure-sur-Azergues, dans le Rhône, puis au "150", à Lyon, pour faire connaître les missions.

En 1955, on l’affecte à la procure de Martigné-Ferchaud où il demeure jusqu’en 1957. En 1958, il rejoint la procure de Pont-Rousseau, pour le travail intérieur dans la maison et les expositions.

En 1963, il lui est proposé d’être aumônier chez les frères de Saint-Jean de Dieu. En 1964, il est aumônier des sœurs N.D.A. à Marseille. En 1965, le conseil provincial lui demande de se rendre, dès que possible, à La Croix-Valmer qu’il rejoint en janvier 1966. Il y reste jusqu’en 1967, date à laquelle il est affecté à Saint-Briac pour la procure, nomination renouvelée en 1968 par le père Falcon, provincial. En 1969, note optimiste du père Grenot : le père Sauban va bien ; il se plaît à Saint-Briac.

En 1970, le père demande un poste d’aumônier en Egypte. Cela ne lui est pas accordé, pas plus que de pouvoir aller en paroisse.

Pendant l’été 1972, la santé se dégrade : fatigue du cœur, cancer du pancréas. Le 23 novembre, l’opération lui est fatale. Les obsèques sont présidées par monseigneur Etrillard et l’inhumation se déroule à Saint-Briac, le 27 novembre.

Le père Huet le décrit comme bon confrère, serviable, populaire, chantre à la voix sonore et belle. Modeste, il n’aimait pas qu’on dise du bien de lui et ne se plaignait jamais de sa maladie.