Imprimer

Société des Missions Africaines – Province de Lyon
Le Père Jules NEU

NEU Jules

né le 28 novembre 1883 à Maniaire
dans le diocèse de Cambrai, France
membre de la SMA le 18 décembre 1903
prêtre le 15 juillet 1906
décédé le 27 novembre 1937

1906-1934 missionnaire au Dahomey, Ouidah
1926-1934, pro vicaire
1934-1935 Marseille, procure
1935-1937 Lyon, économe provincial
1937 conseiller provincial

décédé à Grenoble, France, le 27 novembre 1937
à l’âge de 54 ans

Père Jules NEU (1883 - 1937)

A Grenoble, à la suite d'une grave opération, le 27 novembre 1937, retour à Dieu du père Jules Neu, conseiller provincial de Lyon, à l'âge de 54 ans.

Né en 1883 à Masnières, dans le Nord, où ses parents de souche lorraine étaient venus s'établir, Jules Neu fit ses études à Keer, Richelieu, Lyon et Le Caire. Il fit le serment en 1903 et fut ordonné prêtre en 1906. Peu après, le père Neu s'embarque pour le vicariat du Dahomey. Il est affecté à Ouidah, où il passera à peu près toute sa vie missionnaire. En 1911, il rentre en France, terrassé par une crise de dysenterie, qui ruinera peu à peu sa santé et finira par miner sa robuste constitution et l'emporter à 54 ans. Revenu au Dahomey en 1913, il est mobilisé à Cotonou et à Dakar, où il rend de grands services comme interprète allemand.

Supérieur de Vigneulles de 1920 à 1923, il retourne ensuite au Dahomey. Pro-vicaire de Mgr Steinmetz en 1928, il doit quitter le Dahomey sans espoir de retour en 1933. Suffisamment remis, il peut en 1935 assumer les fonctions d'économe provincial. L'assemblée provinciale de 1937 l'élit conseiller. En octobre 1937, il se décide d'aller en Lorraine prendre un peu de repos et passe par Grenoble saluer des amis. C'est là que le Seigneur l'attendait. Tout fut tenté pour enrayer une hépatite grave; l'opération révéla de suite que tout espoir devait être abandonné. Les amibes de 1911 avaient mis le foie dans un état lamentable. Il eut une dernière joie, celle de recevoir les derniers sacrements de son grand ami, Mgr Parisot. Ramené à Lyon, le corps du père Neu fut inhumé à Loyasse.

Les dernières paroles de ce grand missionnaire furent: "Je donne ma vie pour l'Eglise, pour la Société, pour les Noirs du Dahomey, pour les petits." La mémoire du père Neu se perpétue au Dahomey par les monuments à l'érection desquels il prit une large part. Il fut en effet un bâtisseur. Parmi ses travaux, citons l'achèvement de la cathédrale de Ouidah, la mission de Cotonou, etc.

"Auprès de ceux qui l'approchèrent, le père Neu laisse le souvenir de l'homme loyal, compréhensif, large d'esprit, du prêtre essentiellement bon, toujours indulgent pour autrui, conservant un calme imperturbable dans les pires circonstances."