Imprimer

Société des Missions Africaines

chausse jean baptiste né le 9 octobre 1846 à Marlhes (Loire)
dans le diocèse de Lyon (France)
membre de la SMA le 31 mai 1871
prêtre le 21 août 1871
évêque le 12 mai 1891
décédé le 17 janvier 1894

1871-1994 missionnaire au Bénin
1873 supérieur de Porto Novo
1874 supérieur de la mission de Lagos
ordonné évêque le 12 juillet 1891 à Lyon

décédé à Lyon, le 17 janvier 1894,
à l’âge de 47 ans

Monseigneur Jean-Baptiste CHAUSSE (1846 - 1894)

Le 17 janvier 1894, à Lyon, retour à Dieu de Mgr Jean-Baptiste Chausse, vicaire apostolique de la Côte du Bénin, premier évêque de la Société depuis la mort de notre Fondateur, à l'âge de 47 ans.

Jean-Baptiste Chausse naquit à Marlhes (Loire), dans le diocèse de Lyon, le 9 octobre 1846. Il fit ses études à Verrières, plus sa philosophie à Alix et entra au grand séminaire de Lyon en 1868. En octobre 1870, il entrait aux Missions Africaines. Victime de la Commune, le séminaire était dispersé. Aussi, l'abbé Chausse rejoignit directement Mill Hill, où nous avions trouvé une généreuse et fraternelle hospitalité. Il fit son serment le 31 mai 1871. Le 21 août suivant, il était ordonné prêtre à l'abbaye des Dombes. En octobre, il partait pour le Bénin. En 1873, il était supérieur de Porto-Novo et, l'année suivante, supérieur de Lagos. Rentré en 1878, il ne tarde pas à retourner en mission où il succède au père Louapre comme supérieur délégué du père Planque pour le vicariat de la Côte du Bénin (1879).

Avec le père Holley, il fit des voyages d'exploration sur le Niger et à Oyo. Il fonda de nouvelles stations. Missionnaire reparquable, zélé, bon administrateur, très estimé de ses confrères et des Africains, parlant la langue yoruba comme l'un d'eux, il avait toute la confiance du père Planque. Rentré en France en septembre, il y passa de longs mois. Il séjourna à Nice, attendant l'approbation des Constitutions. En avril 1889, avec les pères Terrien et Bel, il entreprit le voyage de Rome

En 1890, les catholiques du Bénin demandèrent un vicaire apostolique avec caractère épiscopal. Leur choix s'était fixé sur le père Chausse. Le père Planque s'associa à leur demande: "C'est un de nos plus anciens missionnaires. Un de ces très rares que la mort semble avoir oublié. Il a beaucoup travaillé et s'est acquis, au Bénin, l'estime et l'affection de tous. Je donne mon plein consentement à la demande faite". Il fit une "terna" très élogieuse.

Nommé le 1er mai 1891, Mgr Chausse est sacré en la Primatiale Saint-Jean à Lyon par le cardinal Foulon le 12 juillet suivant. C'était une grande date pour toute la Société. En octobre, il était de retour dans son vicariat, au milieu de la liesse générale. Revenu à Lyon pour la première Assemblée Générale de novembre 1893, il alla à Rome avec le père Pied. Le 3 janvier 1894, il était de retour à Lyon, rapportant un gros rhume qui dégénéra en broncho-pneumonie. Administré par Mgr Couillé, nouvel archevêque de Lyon, il reçut le saint viatique des mains mêmes du père Planque. Celui-ci voulait montrer par là qu'il avait tout pardonné des blessures morales profondes reçues de ce fils bien-aimé, au cours des dernières années. C'est dans la plus grande paix que le père et le fils se séparèrent en attendant de se retouver au ciel. Après les funérailles à la primatiale Saint-Jean, le corps de Mgr Chausse fut inhumé au cimetière de Jonzieux (Loire).