Imprimer

Société des Missions Africaines – Province de Lyon

GIRARD Jules Mgr

né le 25 mai 1863 à Cistrières
dans le diocèse du Puy
membre de la SMA le 25 décembre 1883
prêtre le 19 septembre 1886
évêque le 28 juin 1921,

décédé le 23 mars 1950 

1888-1950 missionnaire en Egypte
1920-1921, administrateur apostolique du Delta du Nil
1921, vicaire apostolique du Delta du Nil
sacré à Choubrah le 23 octobre 1921

évêque titulaire de Bulla Regia
comte romain
assistant au trône pontifical
chevalier de la Légion d’honneur

décédé à Héliopolis, Egypte, le 23 mars 1950,
à l’âge de 86 ans


Monseigneur Jules GIRARD (1863 - 1950)

Le 23 mars 1950, à Héliopolis, retour à Dieu de Son Excellence Monseigneur Jules Girard, évêque titulaire de Bulla Regia, second vicaire apostolique du Delta du Nil, comte romain et assistant au trône pontifical, à l'âge de 86 ans. Il a passé 62 ans en Egypte.

Né à Cistrières, dans le diocèse du Puy, le 23 mai 1863, Jules Girard fit ses études à Richelieu et à Lyon où il fut ordonné prêtre en 1886. Il fut d'abord affecté à Bugado, en Espagne, et en 1888 il partait pour l'Egypte. Là, il remplit divers ministères: professeur, aumônier, vicaire, surtout il apprend l'arabe et se rend maître de cette langue si difficile. En 1893, le père Duret le charge de fonder une paroisse dans un nouveau quartier du Caire, Choubrah. Il sera la pasteur de la paroisse Saint-Marc pendant 28 ans, cumulant avec cette charge d'autres fonctions telles que professeur d'Ecriture sainte, et de droit canon au grand séminaire, annexe de celui de Lyon. Administrateur du vicariat en 1914, lorsque Mgr Duret devint supérieur général. En 1921, le père Girard fut nommé vicaire apostolique du Delta du Nil.

Très simple, on pouvait tout lui confier; on se sentait écouté et compris. Sous un extérieur un peu grave, on sentait une chaleur surnaturelle qui rayonnait de son âme, et une bonté inaltérable qui s'échappait de son cœur de père. Avec celle des séminaristes, l'éducation et la formation de la jeunesse furent ses œuvres de prédilection. Il fut "l'ami de la jeunesse" et l'apôtre de la famille.

Professeur, aumônier, curé, évêque, il a eu, pour porter le message, une manière bien à lui: s'acquitter de toutes ses obligations, celles de sa vie personnelle et celles de sa vie apostolique, avec une régularité, une exactitude, une ponctualité que d'aucuns parfois ont pu trouver pointilleuse. C'est ce qui a fait sa force et lui a permis de fournir une longue carrière d'une magnifique fécondité.

"Nous étions tranquilles après ses décisions, marquées au coin d'une expérience consommée, d'une sagesse éclairée et prudente, inspirées par un désir sincère de notre bien et du bien de ceux que la divine Providence nous a confiés. Il était le Père; nous sentions sa vigilance attentive; nous avons apprécié son enseignement solide en ses allocutions, en ses lettres pastorales, d'une doctrine sûre, où l'on sentait la préoccupation d'être accessible à tous." (père Hubert)

C'était auprès du Christ Eucharistique, en de longues visites, qu'il allait puiser la lumière et la force.