Imprimer

Société des Missions Africaines – Province de Lyon

KIRMANN Alphonse Mgr né le 15 août 1887 à Bishoffsheim
dans le diocèse de Strasbourg, France
membre de la SMA le 25 octobre 1908
prêtre le 10 juillet 1910
évêque le 9 avril 1940
décédé le 25 mars 1955

1910-1925 missionnaire en Côte d’Ivoire
visiteur en 1925
1925-1927 Lyon, conseiller général
démissionne en 1927
1927-1940 missionnaire en Côte d’Ivoire
visiteur 1933-1940
1940-1955 vicaire apostolique de Sassandra

chevalier de la Légion d’honneur

décédé à Daloa, Côte-d'Ivoire, le 25 mars 1955,
à l’âge de 68 ans


Monseigneur Alphonse KIRMANN (1887 - 1955)

Le 25 mars 1955, à Daloa (Côte-d'Ivoire), retour à Dieu de Son Excellence Monseigneur Alphonse Kirmann, vicaire apostolique de Sassandra, à l'âge de 68 ans.

Alphonse Kirmann était né à Bischoffsheim, dans le diocèse de Strasbourg, le 15 août 1887. Il fit toutes ses études dans les maisons de la Société et fut ordonné prêtre en 1910. Envoyé en Côte-d'Ivoire, il travailla d'abord à Abidjan, alors village de quelques centaines d'habitants, puis à Aboisso, Bingerville et Moossou. Il fit la guerre de 1914-1918 comme engagé volontaire sous le nom de Jean Sauveur.

A l'assemblée générale de 1925, il fut élu conseiller général, mais la vie sédentaire n'était pas faite pour lui et, dès 1928, il était de retour en Côte-d'Ivoire. Mgr Moury chargea alors le père Kirmann de fonder une mission chez les Agnis, à Abengourou. Là, le père fit un magnifique travail, tant au point de vue matériel qu'au point de vue spirituel. En 1940, il laissera une mission pourvue d'à peu près tous les bâtiments nécessaires, et surtout plus de 6000 chrétiens.

Le père Kirmann ne tarda pas à devenir visiteur de ses confrères. Plusieurs fois, son nom avait été prononcé pour l'épiscopat, et cela arriva en 1940. Le vicariat de la Côte-d'Ivoire était divisé en deux: Mgr Boivin gardait l'est; quant à l'ouest, devenu vicariat de Sassandra, il était confié à Mgr Kirmann. Sacré à Abengourou le 22 septembre 1940, Mgr Kirmann se met au travail avec le sens de l'administration qui le caractérisait.

C'est la guerre, il y a peu de ressources et peu de personnel, le nouveau vicaire apostolique fait confiance à la Providence, et à ses missionnaires, et fonde de suite 6 nouveaux postes. "Pour faire œuvre durable en ces pays-ci, disait-il, il faut avoir la foi." Grand et actif administrateur au zèle infatigable, il fonda aussi à Daloa un collège secondaire, le premier collège catholique de Côte-d'Ivoire, et longtemps le seul. Usé par l'âge, il n'avait que 67 ans, il donna sa démission et mourut peu après. Il avait trouvé 6 stations, 13 écoles et 7800 chrétiens. 15 ans après, il laissait 21 stations, 120 écoles, 1 collège et 26000 chrétiens.

Mgr Kirmann était un batailleur, un homme de caractère, un homme d'action, d'une confiance imperturbable en la Providence, et d'une foi inébranlable. Donnant beaucoup de lui-même, il exigeait beaucoup des autres. Il semblait parfois d'un abord un peu rude, et son franc-parler le desservait quelquefois, mais il avait un cœur d'or. Les païens et les musulmans estimaient et respectaient "ce beau vieillard", qui en imposait. Mgr Kirmann a magnifiquement rempli sa devise épiscopale: "Dispensare investigabiles divitias Christi in gentibus". Né le jour de l'Assomption 1887, il mourut le jour de l'Annonciation 1955.