Imprimer

Société des Missions Africaines

DARTOIS Louis Mgr né le 8 juin 1861 à Wez-Macquart (Nord)
dans le diocèse de Cambrai (France)
membre de la SMA le 17 décembre 1886
prêtre le 9 juillet 1888
évêque le 25 juillet 1901
décédé le 3 avril 1905

1888-1892 Clermont-Ferrand, professeur
directeur en 1889
1892-1895 missionnaire en Egypte, directeur du séminaire de Mahallah
1895-1896 Lyon, directeur du séminaire
1896 missionnaire au Niger supérieur
(Asaba, Issélé)
1900-1901 Paris, procure
1901-1905 vicaire apostolique du Dahomey
nommé le 25 mai 1901
sacré à Cambrai le 25 juillet 1901

décédé à Ouidah, Dahomey, le 3 avril 1905,
à l’âge de 44 ans


Monseigneur Louis DARTOIS (1861 - 1905)

Le 3 avril 1905, à Ouidah (Dahomey), retour à Dieu de Son Excellence Monseigneur Louis Dartois, 1er vicaire apostolique du Dahomey, à l'âge de 44 ans.

Louis Dartois était né dans le diocèse de Cambrai (aujourd'hui diocèse de Lille), à Wez-Macquart, en 1861. Il fit ses études classiques et commença la théologie dans son diocèse. Bachelier-ès-sciences, il fut trois ans professeur au collège de Roubaix. En 1886, il entrait aux Missions Africaines et, en 1888, il était ordonné prêtre.

La vie de Mgr Dartois fut marqué par le signe de la rapidité: il ne s'attarda guère aux postes successifs et importants que ses supérieurs lui confièrent. Professeur à Richelieu, dont il devient le directeur en avril 1889, il prend, en octobre 1892, la direction du grand séminaire de Mahallah, en Egypte. Le 16 mars 1895, il est désigné pour prendre la même charge à Lyon, poste plus délicat où le père Dartois semble avoir eu quelques difficultés. Démissionnaire, le père Dartois partait, à la fin de 1896, pour la préfecture du Niger Supérieur. Ainsi se réalise son plus cher désir d'aller se dépenser au pays des Noirs. "Ce désir, a-t-il écrit en 1890, n'est pas un vœu platonique, mais un désir réel." Le père Dartois se dévoua tout entier en cette difficile préfecture, à Assaba, à Issélé et surtout au fameux et légendaire pays des Koukouroukous. On a écrit de lui: "Travailleur infatigable, prêchant toujours d'exemple [...] tant au point de vue du zèle apostolique que de l'administration temporelle, ce père sert de modèle pour tous."

Alors qu'il est en congé en 1900, son préfet, le père Zappa, attend son retour avec impatience et le préfet du Delta du Nil, le père Duret, le réclame au père Planque, lequel d'ailleurs pense à lui comme supérieur du collège de Tanta. Pendant ces pourparlers, le père Dartois est à la procure de Paris où, à la demande du père Lebouvier, le père Planque consent à le laisser pour l'hiver.

Mais le gouvernement français, lui, réclamait depuis quelque temps l'érection du vicariat apostolique du Dahomey, dont le territoire coïncidait avec celui de la colonie; ce qui fut fait le 25 mai 1901. Et le père Dartois, toujours à la procure de Paris, en devenait le premier titulaire avec le titre d'évêque de Temnos.

Sacré le 25 juillet à Cambrai, à la fin d'octobre il était reçu avec enthousiasme dans son vicariat. Le Seigneur lui donnera trois ans et demi pour y travailler. Accompagné du père Waller, il fait un grand voyage vers le nord, début 1902. Il veut se rendre compte de l'état du Péréré, dont il reçoit de mauvaises nouvelles, et aussi voir l'état de la mission de Kouandé que les Pères Blancs ont dû quitter. Il dut fermer Péréré, mais voulait fonder d'autres missions dans le moyen Dahomey; le Seigneur ne lui en donna pas le temps. Il lança la construction de la cathédrale. Il avait beaucoup d'autres projets. Il mourut après 36 heures de maladie, sans doute victime d'une insolation. Il venait en effet de faire un long voyage en pirogue, accompagnant Mgr Pellet qui visitait les missions. Certains ont aussi parlé de la fièvre jaune, ce qui est possible, car Mgr revenait de la région de Grand-Popo où il y avait alors des cas de cette maladie. A Ouidah, ce fut la consternation, tant le cher pasteur était aimé.

"J'ai dans mes armes le Sacré-Coeur et ma devise est le mot du profère Ezéchiel: «Stilla ad Africam». Dans ma pensée, ce mot est une prière au Sacré-Coeur de laisser «stiller» les gouttes de son Sang précieux sur cette terre d'Afrique pour la transformer. Je voudrais être l'évêque du Sacré-Coeur de Jésus au Dahomey."