Imprimer


Société des Missions Africaines – Province de Strasbourg

WOLFF Alphonse né le 24 mars 1878 à Kiensheim
dans le diocèse de Strasbourg, France
membre de la SMA le 25 septembre 1898
prêtre le 7 juillet 1901
décédé le 21 juin 1935

1901-1902 Cork
1902-1923 missionnaire au Bénin
1924 Vigneulles
1924-1925 La Croix
1925-1935 missionnaire en Géorgie, USA, Atlanta

décédé à Atlanta, USA, le 21 juin 1935, 
à l’âge de 57 ans


Le père Alphonse WOLFF (1878 - 1935)

Alphonse Wolff est né le 23 mars 1878 à Kienheim en Alsace. Orphelin de bonne heure, il est accueilli avec sa jeune sœur par une tante. Il aime beaucoup lire les annales de la Propagation de la Foi et pense bien vite à devenir missionnaire et à partir en Afrique. Son curé lui donne les premières leçons de français et de latin, et en octobre 1892, il est admis à l’école apostolique de Cadier en Keer.

En 1894 il est à Clermont Ferrand pour y terminer ses études secondaires. Il se distingue par son assiduité aux travaux manuels, surtout comme cordonnier, et par son esprit d’économie. En septembre 1897, il entre au Grand Séminaire sma de Lyon. Il prononce son serment d’appartenance à la SMA le 25 septembre 1898 et il est ordonné prêtre à Lyon le 7 juillet 1901.

Nommé pour le Vicariat Apostolique de la Côte du Bénin au lendemain de son ordination, il doit attendre une année avant de partir à cause de sa santé défectueuse. Mgr Lang le reçoit à Lagos les bras ouverts et il affecté à Tocpo. Il se met tout de suite à l’étude du yoruba afin d’être plus efficace à la mission. De caractère accueillant et jovial, il est bien accepté par les gens. Son plus grand plaisir était de traverser la cocoteraie de Tocpo qu’il devait superviser, d’encourager les ouvriers et de s’adonner au travail de la plantation. Il inventa même des moyens techniques plus adaptés afin de faciliter le travail des ouvriers et d’améliorer le rendement.

En 1904, il est appelé à Lagos. Il réside à la paroisse principale et s’occupe du quartier de Ebute-Meta. Il s’y investit tellement que ce quartier devient bien vite station principale. Il construit aussi une magnifique église dans un autre quartier, Lafiagi.

En 1918, il revient en Alsace pour des congés bien mérités, mais repart l’année suivante, en novembre 1919. Mgr Terrien lui confie l’important district de Idjebu-Odé, qui deviendra plus tard siège d’un évêché. Le travail y était particulièrement rude, surtout à cause du manque de moyens financiers et des voies de communication presque inexistantes.

En 1924, épuisé il quitte l’Afrique à regret et sans espoir de retour. Il passe de longs mois à Vigneulles pour rétablir sa santé. N’admettant pas d’être inutile, il part pour la mission de Géorgie aux U.S.A. Il est nommé à Atlanta où il remplace le Père Scherrer. Il y reste pendant dix ans, se dévouant auprès des jeunes et s’occupant de l’école catholique. Au printemps 1935, il tombe malade pour ne plus se relever et il décède le 21 juin 1935.