Imprimer

Société des Missions Africaines – Province de Strasbourg

KRAUTH Georges né le 2 juillet 1886 à Ohlungen
dans le diocèse de Strasbourg, France
membre de la SMA le 25 octobre 1908
prêtre le 10 juillet 1910
décédé le 30 août 1938

1910-1937 missionnaire en Nigeria occidentale
1937-1938 missionnaire au Togo, Sokodé

décédé à Sansané-Mango, Togo, le 29 août 1939
à l’âge de 52 ans

 


Le père Georges KRAUTH (1886 - 1938)

A Sansané-Mango (Togo), le 29 août 1938, retour à Dieu du père Georges Krauth, à l'âge de 52 ans.

Georges Krauth naquit à Ohlungen, dans le diocèse de Strasbourg, en 1886. Il fit ses études à Richelieu, Keer et Lyon. Il fit le serment en 1908 et fut ordonné prêtre en juillet 1910. En octobre suivant, le père Krauth s'embarquait pour la préfecture du Haut Niger. Il avait les yeux fixés sur Lokodja, mais c'est à Assaba qu'il est nommé.

Il se met tout de suite à l'étude de la langue ibo, tout en continuant l'étude de l'anglais. A pied ou a bicyclette, il parcourt le district d'Assaba; il sillonnera le pays des fameux Koukouroukous et le séminariste Paul Emécété lui sert d'interprète. Son deuxième séjour en mission sera de plus de 15 ans. Revenu en Europe en 1930, il a besoin de longs mois de repos en Alsace. En 1931, il remplace le père L'Anthoën comme directeur spirituel au noviciat de Chanly. Au Nigeria Occidental, Mgr Broderick le réclamait et le père Krauth reprit le chemin de l'Afrique.

Qu'il fût vicaire, supérieur de station ou procureur du vicariat, il remplissait ces postes à la satisfaction de tous. Pour faire vivre et marcher ses stations, le père Krauth n'avait pas peur de s'astreindre à de nombreuses privations.

Au début de 1938, le père Krauth était transféré du Nigeria au Togo, où son grand ami Mgr Strebler, préfet de Sokodé, le choisissait comme pro-préfet et le nommait à Mango. Pour mettre son jeune confrère, le père Diebold, à l'abri des insolations, le père Krauth avait entrepris d'améliorer l'habitation en y faisant un plafond. Le "vieux broussard" se croyait cuirassé contre le soleil et il avait travaillé toute la matinée entre le toit et le plafond pour y placer des plaques de fibrociment. Il était midi, il plaçait la dernière plaque quand il fut frappé d'une insolation sous les tôles brûlantes; il tomba à terre, se fractura le crâne et la colonne vertébrale.

Un saint missionnaire, simple et aimable, toujours obéissant, mourait ainsi victime du soleil pour aider un jeune confrère à n'en être pas victime.