Imprimer

Société des Missions Africaines –Province de Lyon

roussel claudius né le 20 novembre 1907 à Saint-Just de Baffie
dans le diocèse de Clermont-Ferrand, France
membre de la SMA le 15 juin 1942
prêtre le 29 octobre 1933
décédé le 7 janvier 1965

1933-1940 ministère au diocèse de Chartres

1940-1941 noviciat au 150 à Lyon
1942-1956 missionnaire au Dahomey
1944-1945 aumônier militaire
1956-1964 délégué à la Propagation de la foi décédé à Lyon, France, le 7 janvier 1965,
à l'âge de 57 ans

 


Le père Claudius ROUSSEL (1907 - 1965)

Claudius Roussel est né le 20 novembre 1907 dans un village des monts du Forez, Saint-Just-de-Baffie, dans le Puy-de-Dôme, de parents modestes cultivateurs. En 1917, il est élève à l’institut Saint-Pierre à Courpière. Il y reste jusqu’en 1924. Puis, il entre au séminaire de Clermont et termine ses études théologiques à Chartres. C’est là qu’il est ordonné prêtre le 29 octobre 1933.

Malgré son désir de devenir missionnaire, il accepte un ministère paroissial et un ministère d’aumônerie pour 5 ans. Il travaille d’abord dans la Beauce, puis il rejoint la ville de Chartres. Il insiste alors auprès du père Boucheix pour être admis dans la SMA. Avec l’autorisation de son évêque, le père Aupiais, provincial, donne son accord pour l’accueillir.

En 1940, le père Roussel arrive à Lyon où il commence son noviciat. Il prononce son premier serment en 1942. Ce n’est pas un intellectuel, mais il est zélé et montre sa volonté d’être missionnaire. Nommé au Dahomey, il débarque à Cotonou le 23 mai 1942, affecté à Porto-Novo, auprès du père Le Port.

En 1944, il est mobilisé en Afrique du Nord et débarque en Italie. Comme aumônier, il visite les hôpitaux, reçoit les blessés du débarquement, rejoint la France avec l’armée de la libération, suit les troupes dans les Vosges.

En janvier 1945, il parle de retour et, le 22 juillet 1945, il prononce à Lyon son serment perpétuel. En 1946, le père est de retour au Dahomey. Nommé à Dassa-Zoumé, il accomplit un ministère ordinaire, dans un secteur de 30 000 âmes, dont 3 000 baptisés.

En 1950, fatigué, il rentre en France et reste en soins plusieurs mois. En 1952, il rejoint, de nouveau, le Dahomey et devient vicaire du père Demeyère à Allada. En 1956, le Conseil provincial lui demande de rentrer pour servir à la propagande de la Province à l’occasion du centenaire de la Société des Missions Africaines.

Quelques mois plus tard, il est nommé délégué régional des Œuvres pontificales Missionnaires (OPM) pour les diocèses du sud de la France. Le père circule beaucoup. Il prêche et donne des conférences dans les paroisses et les collèges où on l’invite. Le travail est complexe et délicat dans ces diocèses où la SMA est peu connue. Il n’obtient que peu de réponses positives aux appels à la mission. Il s’épuise dans ce travail qui l’oblige à voyager beaucoup. Malade, il est hospitalisé à Castelnaudary en 1964.

Vu son état de santé inquiétant, monseigneur Marchand, président OPM, informe le père provincial que le père Roussel est contraint de cesser son activité de délégué régional des OPM.

Le Père rentre alors au 150, à Lyon, en septembre 1964, et est hospitalisé aussitôt à la clinique Saint-Joseph. Il y décède le 7 janvier 1965. L’inhumation a lieu au cimetière de Loyasse, sur la colline de Fourvière.

En parlant de lui, monseigneur Marchand évoquera le souvenir d’un prêtre humble, discret, zélé et dévoué. Le responsable de l’exposition missionnaire de Lourdes, où le père a œuvré assez longtemps, rendra hommage à son tempérament missionnaire et à l’ardeur de son témoignage.