Imprimer

Société des Missions Africaines – Province de Strasbourg

Naegel Eugene né le 7 janvier 1873 à Zellwiller
dans le diocèse de Strasbourg, France
membre de la SMA le 18 décembre 1891
prêtre le 11 août 1895
décédé le 12 février 1949

1895-1949 Lyon, 150, professeur
1895-1928, professeur : philosophie, dogme,
droit canon, écriture sainte, histoire de l’Eglise
tour à tour, supérieur, directeur, aumônier
1901-1931, conseiller général
1933-1937, conseiller général
1929-1945, directeur spirituel

décédé à Lyon, France, le 12 février 1949,
à l’âge de 76 ans

Père Eugène NAEGEL (1873 - 1949)

Le 12 février 1949, à l'hôpital Saint-Joseph à Lyon, retour à Dieu du père Eugène Naegel, à l'âge de 76 ans.

Eugène Naegel naquit à Zellwiller (Bas-Rhin), dans le diocèse de Strasbourg, le 7 janvier 1873. Il fit ses études à Richelieu et à Lyon. Trop jeune pour être ordonné, il passa un an comme surveillant à Richelieu où il fut ordonné le 11 août 1895. Dès le mois suivant, il était affecté au grand séminaire à Lyon, où il passera le reste de sa vie: pendant plus de 50 ans, il s'y emploiera à la formation des futurs missionnaires, comme professeur, supérieur et directeur spirituel.

Il enseigna d'abord la philosophie. En 1901, il commença l'enseignement du dogme, cumulant d'ailleurs son enseignement avec ses études aux facultés. Dès 1902, le doyen de la faculté de théologie, M. Tixeront, est tout éloge pour lui: "M. Naegel n'est pas un étudiant, c'est presque un maître. Les notes qu'il a obtenues du premier coup le montrant assez". En 1903, il couronnait ses études par une thèse sur l'Assomption.

Il enseigna bientôt l'histoire et le droit canonique, et fut supérieur du grand séminaire pendant la guerre. De plus, le père Naegel a été conseiller général de 1901 à 1931 et de 1933 à 1937. A deux reprises, il sera aussi conseiller provincial.

Confesseur très apprécié de nombreuses communautés religieuses, en 1929, le père Chabert voulut qu'il mît au service des séminaristes sa compétence de directeur. Le père va désormais se consacrer uniquement à la spiritualité. Il se tenait au courant de tout ce qui paraissait de sérieux au point de vue théologie, spiritualité... Sa bibliothèque personnelle comptait à sa mort plus de 3500 volumes de premier choix. Les dernières années de sa vie furent une longue souffrance; pendant plus de trois ans, il fut immobilisé sur un lit d'hôpital, se voyant peu à peu décliner en une longue agonie.

Notre Société a été marqué spirituellement par l'influence du père Naegel. Son action est unique dans l'histoire de notre Société. Pendant un bon demi-siècle, sans aucune interruption, il s'est dépensé pour la formation théologique et spirituelle de quelque cinquante promotions de missionnaires qui œuvrent aujourd'hui dans les pays divers confiés à notre Société. Il a profondément marqué ces générations d'apôtres, car son rayonnement surnaturel a toujours complété et renforcé son influence intellectuelle.

"Les Sociétés qui ont quelques hommes de cette trempe sont assurés de vivre et de prospérer" disait du père Naegel un professeur de faculté. Très bon, d'une patience inaltérable, très renoncé, le père était un "bourreau de travail". Il avait une foi agissante, une obéissance scrupuleuse, une piété profonde. Ce n'était pas un mystique replié sur lui-même, mais un confrère aimable et gai n'ayant pas peur de la plaisanterie. Il fut un homme d'études, un homme de devoir et un homme de prière. Il voulait des prêtres saints et instruits, des hommes de Dieu, dévoués aux âmes, souverainement unis entre eux par les liens de charité fraternelle, et faisant de l'obéissance la règle de leur vie.

Lui aussi avait désiré partir en Afrique et, jusqu'à un âge avancé, il en fera chaque année la demande. C'est à Lyon que le Seigneur lui avait ménagé sa place pour que son action missionnaire fut ainsi décuplée...

"Même alors que vous ne comprendrez pas les voies par où Dieu vous mène, sachez qu'il vous mène et ne vous occupez qu'à le regarder et à vous laisser mener. Très souvent il conduit au but en paraissant nous y faire tourner le dos; les ténèbres sont sur la route pour conduire à la lumière, et la mort pour obtenir la vie. En vous, la foi et l'amour doivent tout faire. Je pourrais dire tout simplement l'amour, puisque le véritable amour suppose la foi et la couronne." (père Naegel)