Imprimer

Société des Missions Africaines – Province de Lyon

Chauvineau Gerard né le 26 mars 1939 à Montaigu (Vendée)
dans le diocèse de Luçon (France)
membre de la SMA le 11 juillet 1961
décédé le 22 février 1962 

1958-1960 professeur sur sa demande au collège Aupiais
à Cotonou (Dahomey)
1962 décédé pendant son service militaire

décédé sur mer, le 22 février 1962,
à l’âge de 22 ans



Monsieur l'abbé Gérard CHAUVINEAU (1939 - 1962)

Le 22 février 1962, sur mer, pendant son service militaire, retour à Dieu de l'abbé Gérard Chauvineau, à l'âge de 22 ans.

Gérard Chauvineau naquit à Montaigu (Vendée), dans le diocèse de Luçon, le 26 mars 1939. Il commença ses études au petit séminaire de Chavagnes et entrait bientôt à Pont-Rousseau. Il y fut un boute-en-train capable de dérider les plus maussades. Gérard avait un cœur généreux et serviable, mais sa trop grande franchise le fit passer plus d'une fois pour un "rouspéteur". Après sa philosophie faire à Chamalières, Gérard se trouva trop jeune et peu préparé pour faire un noviciat sérieux. Aussi, d'accord avec le père provincial, en octobre 1858, il partait pour le Dahomey. Il va passer deux années scolaires au collège Aupiais. Par sa bonne humeur et son optimisme à toute épreuve, il y fut un facteur de joie parmi les autres professeurs. Il fut très apprécié et très aimé de ses élèves. L'un d'eux écrit: "Pendant tout son séjour au collège Aupiais, il a su concrétiser par son dévouement et son sentiment d'abnégation l'amour du prochain et le sens du devoir." Pendant les vacances, il parcourut le Dahomey, observant et étudiant, afin de se préparer à revenir en ce pays qu'il avait appris à aimer. Au cours de ces voyages, il avait laissé à l'un ou l'autre père l'argent gagné, et qu'il avait emporté pour aider plus pauvres que lui.

Revenu d'Afrique en octobre 1960, Gérard entrait au noviciat. Ce sera pour lui une assez rude année, mais son optimisme l'aidera à tout accepter. Il sortira du noviciat mûri, et la vocation affermie. Au noviciat comme ailleurs, il est d'abord le type de la bonne humeur et de l'entrain; toujours prêt à rendre service et volontaire pour les travaux du jeudi après-midi. C'était une âme ardente et missionnaire. Le 11 juillet 1961, l'abbé Chauvineau faisait le serment. Bientôt ce fut le service militaire. Après ses classes à Montpellier et Ajaccio, il fut désigné pour le départ en Algérie. Déjà malade avant d'embarquer, il ne dit rien "craignant qu'un autre parte à sa place". Il mourut d'une crise de paludisme quelques heures après son embarquement.

Il reste pour tous ceux qui l'ont connu le semeur de joie et de vie. L'Afrique qu'il avait connue et aimée ne le reverra pas, mais cette mort, due aux suites du séjour en Afrique, reste bien dans la ligne de la Société des Missions Africaines, "l'Ordre qu'engendra la mort".