Imprimer

Société des Missions Africaines

Gaule Auguste né le 10 octobre 1886 à La Noë-Blanche
dans le diocèse de Rennes, France
membre de la SMA le 25 octobre 1908
prêtre le 17 décembre 1910
décédé le 27 février 1924

1911--1924 missionnaire en Côte d’Ivoire

Jacqueville, Bonoua, Grand-Lahou

décédé à Grand-Lahou, Côte-d'Ivoire, le 27 février 1924,
à l’âge de 37 ans


Le père Auguste GAULÉ (1886 - 1924)

Le 27 février 1924, à Grand-Lahou (Côte-d'Ivoire), retour à Dieu du père Auguste Gaulé, à l'âge de 37 ans.

Auguste Gaulé naquit à la Noë Blanche (Ille-et-Vilaine), dans le diocèse de Rennes, le 10 octobre 1886. Après ses études faites dans les maisons de la Société et le serment émis en 1908, il fut ordonné prêtre le 17 décembre 1910. Au mois de février suivant, il s'embarquait pour la Côte-d'Ivoire. Son premier poste fut Jacqueville, où il resta jusqu'à la guerre. Démobilisé en 1919, il y revint, mais pour peu de temps. En 1920, malgré les supplications des gens de Jacqueville, Mgr Moury désignait le père Gaulé pour Bonoua où le père Marchais venait de mourir. Il réorganisa la mission rouverte depuis un an, après avoir été fermée 10 ans. Le père Gaulé désirait y rester longtemps; mais en octobre 1921, le père Garcia mourait à Grand-Lahou. C'était un poste important qui venait d'être fondé et où tout était à faire. Le père Gaulé fut désigné pour y aller. Pour les coups durs, Mgr Moury faisait toujours appel à lui et à ses talents d'organisateur. Le père Gaulé, aidé de son vicaire le père Ezanno, se mit résolument au travail. Début 1923, fatigué, il se décidait à rentrer en Europe, mais sa santé s'améliorant, il résolut d'attendre un an. Tout en attendant le bateau en janvier 1924, le père Gaulé prêcha la retraite des pères. Il mourut complètement épuisé, à quelques jours de départ.

Calme et modeste, le père Gaulé passait sans bruit, mais en remuant les âmes, se souciant peu de l'opinion et craignant les louanges; simple et affable, il attirait à lui chrétiens et païens, dont il était très aimé. La veille de son ordination, le supérieur du grand séminaire, le père Ranchin, avait dit aux séminaristes: "Nous aurons demain un nouveau prêtre, M. Gaulé; il a toujours été un exemple par sa bonne conduite, sa tenue et sa piété, partout où il a passé. [...] Je vous le présente comme un modèle à suivre. Je lui souhaite le longues années de mission et un fécond apostolat."

La mission perdait en lui un excellent missionnaire, rempli de zèle et de dévouement. Il avait su très bien organiser l'apostolat dans son immense district de Grand-Lahou, qui comptait déjà un grand nombre de stations secondaires pleines d'avenir.

"Le père Gaulé fut un très grand et très bon ouvrier du Bon Dieu." (père Ezanno)