Imprimer


Société des Missions Africaines – Province de Lyon

LEBERT Francois né le 6 janvier 1880 à Sainte Luce
dans le diocèse de Nantes, France
membre de la SMA le 9 juillet 1904
prêtre le 7 août 1904
décédé le 4 mars 1956

1904-1930 missionnaire en Côte-d'Ivoire,

1930-1934 Offémont, directeur spirituel
1935-1949 missionnaire en Côte-d'Ivoire
fondateur de Man
1950-1956 La Croix-Valmer, retiré

décédé à La Croix-Valmer, France, le 4 mars 1956,
à l’âge de 76 ans


Le père François LEBERT (1880 - 1956)

Le 4 mars 1956, à La Croix-Valmer, retour à Dieu du père François Lebert, à l'âge de 76 ans.

François Lebert naquit à Sainte-Luce (Loire-Atlantique), dans le diocèse de Nantes, en 1880. Entré aux Missions Africaines en 1897, il partait bientôt pour le grand séminaire de Choubrah où, malade, il ne reste qu'un an. Il fait sa théologie à Troyes. En juillet 1904, il faisait le serment et, un mois plus tard, il était ordonné prêtre. Sa santé était bien rétablie et, surtout, il s'était "aguerri". Il sera un des grands missionnaires de la Côte-d'Ivoire, où il travailla de 1904 à 1930 et de 1934 à 1949. Ah oui!, le père Lebert s'était "aguerri"; il sillonna la Côte-d'Ivoire le plus souvent à pied, prêchant et baptisant. Il détient peut-être le record des baptisés. Prudent, réservé, frugal et patient, le père Lebert était un grand ami des Noirs. Il jouissait d'une grande renommée et d'une grande autorité sur la population.

Ses qualités le firent nommer en 1930 directeur des frères et directeur spirituel à Offémont. Il y resta 4 ans. C'est à Offémont qu'il célébra son jubilé d'argent et, ce jour-là, évoquant le "caritas urget nos" de saint Paul, il dit que "l'aspirant missionnaire qui n'aurait pas la charité ne songe pas à aller en Afrique; il ne serait d'aucun secours."

En 1934, le père Lebert fut rendu à sa chère Côte-d'Ivoire. Lui qui avait eu pour paroisse à peu près la moitié du pays, il n'eut plus autant à voyager. Il fonda Man et, en 1942, devenait le visiteur du vicariat de Sassandra. Il fut un visiteur affable, et resta toujours un confrère aimable.

En 1949, il dut être rapatrié, étant atteint d'un cancer à la bouche. Le père Lebert passa les dernières années de sa vie dans les plus douloureuses souffrances. Il supporta avec patience et résignation les soins les plus douloureux et plusieurs opérations. Il offrait tout, nous ne pouvons en douter, pour sa chère Côte-d'Ivoire et le salut de ses habitants.